Ce site n'est plus d’actualité. voir :
http://www.cedricmicchi.com
Le corps éprouve réellement l’écrit, le besoin de concentration, le repli sur soi et la tension d’une pensée voulant émerger.
La structure de la page résulte de l’intuition mais aussi des divers comportements de la corde et de ces balancements. L’énergie vitale qui anime le corps constituent le moteur, la ressource et le sens du travail. Écrire apparaît alors comme un moment d’existence irréfléchi et pulsionnel. L’oeuvre est un témoignage du corps vivant, en action et en mouvement dans l’instant.




Performance, suspension et écriture, Espace Vallès, Saint-Martin-d'Hères, le 18 avril 2008